Le bitcoin, pas si révolutionnaire que ça ?

La semaine dernière nous sommes allés au Café numérique Liège dont le titre était "Le bitcoin a-t-il de l'avenir ?"
Une des questions posées à la fin était celle-ci :

Le bitcoin n'est-il pas en train de refaire les mêmes erreurs et tomber dans les mêmes travers que les monnaies actuelles ?

L'intervenant se basait sur deux observations pour en arriver à cette conclusion :

  1. Le bitcoin est principalement répartit dans les pays occidentaux. Les pays moins industrialisés sont moins enclins à posséder ou à utiliser des bitcoin.
    Si son utilisation se répend et que l'économie s'articule un jour autour du bitcoin, les pays occidentaux seront déjà en position de force étant donné qu'ils auraient eu le temps d'emmagasiner une grande quantité de bitcoin. Cela aurait pour résultat de recréer les déséquilibres qui existent déjà dans les monnaies actuelles, les plus riches deviennent plus riches et les pauvre restent pauvres.

  2. Le bitcoin est actuellement exclusivement utilisé pour de la spéculation, la majorité des bitcoins en circulation à l'heure actuelle sont utilisés pour être "joués" sur des sites d'échange afin de créer plus de richesse. La spéculation a pris le dessus sur tout le reste, ce qui fait du bitcoin une monnaie extrêmement volatile dont le cour n'est plus fixé que par les traders sans autre influence extérieur que son offre et demande sur les site d'échange.

Cette question m'a fortement interpellée car vu sous cette angle, le bitcoin n'a plus tout à fait le même visage. La révolution économique qu'il est sensé apporter n'est plus qu'un argument de vente des traders afin qu'ils s'en mettent encore plus dans les poches.

Ce qui m'a le plus dérangé, c'est que quelque part les questions posée ici sont tout à fait légitimes et qu'il faut ou faudra y trouver des réponses à un moment donné.

Mais avant de crier au scandal et de tourner le dos totalement au bitcoin, tempérons les propos avancés ici :

  1. Si actuellement ce sont les pays industrialisés qui ont la majortié des bitcoins, cela est dû au fait qu'il est toujours possible d'en miner. Comme on le sait le minage est quelque chose de fort couteux et il n'est pas donné à tout le monde de pouvoir avoir un rendement suffisant pour être rentable en minant, surtout du bitcoin. Mais cette état des choses va obligatoirement être modifié un jour, le nombre de bitcoin distribuable étant fini et qu'il est impossible d'en recréer. En 2140, au maximum, plus aucun bitcoin ne sera distribué et faire de l'argent en minant ne sera tout simplement plus possible.

  2. Pour ce qui est du problème de spéculation, je pense qu'il ne faut pas se voiler la face. Ce genre de comportements est tout simplement humain. Que l'on parle de bitcoin, d'euro ou bien même de blé, tout ce à quoi on peut donner de la valeur entraine ou entrainera un jour de la spéculation. Et comme @ploum l'a fait remarqué durant le café numérique, le bitcoin est encore très jeune et il ne prétend pas résoudre tous les problèmes de l'économie actuelle. Mais malgré sa jeunesse et ses failles, le bitcoin reste à mon avis une alternative qui offre énormément d'avantages.

Une des choses dont on ne parle pas assez et qui selon moi est fondamental dans la technologie bitcoin, c'est le fait que tout soit open source. C'est à dire que si un jour, un pays ou groupe de personnes se rendent compte que le bitcoin n'est pas une alternative viable pour eux ou qu'un trop grand décalage existe entre les pays occidentaux et le reste du monde, il est tout a fait possible de cloner le projet, faire les modifications utiles et de relancer une nouvelle monnaie qui serait plus en accord avec leurs besoins. Une des phrases importante dite durant le café numérique est celle-ci :

Ce qui donne sa valeur au bitcoin, c'est la confiance que les gens mettent dans le réseau.

C'est très important, cela implique que personne ne peut forcer l'adoption du bitcoin ou autre crypto monnaie. Ce sont les gens et la confiance qu'ils accordent au système qui fait qu'une crypto peut avoir de la valeur.

Une autre chose qu'il faut souligner est le fait que le Bitcoin, avec un "B" majuscule, est avant tout un protocole avant d'être quoi que ce soit d'autre. C'est donc un ensemble de règles et ces règles peuvent être modifiées, améliorées. Ces changements ne sont pas fait à la legère, il faut qu'ils passent par un processus de validation par la communauté avant qu'ils puissent être appliqués (voir le README sur github).

Le Bitcoin est donc un protocole peer-to-peer de par son implémentation technique, mais aussi du point de vue philosophique de sont développement.

Je pense que ce concept combiné à la liberté qu'apporte l'open source est une des plus grandes forces du bitcoin et des crypto monnaies en général. Rien n'est imposé, tout est choisi !

Le Bitcoin est donc belle et bien révolutionnaire, mais la révolution ne dois pas être uniquement attendue au niveau de l'économie. Les technologies qui se baseront sur le blockchain en sont encore à leur prémisses et c'est de là que la révolution va arriver, l'avenir est au décentralisé.

comments powered by Disqus